Juillet 2020 – juillet 2021 : un an de mandat pour Paris

Un an déjà ! Tant de rencontres, de débats, de réflexions. Essayer de poser les bons diagnostics, d’exprimer les idées clairement, et tout cela pour à la fin, concrétiser.

Contribuer à créer de l’emploi local, à développer de nouvelles filières dans l’économie écologique, à faciliter l’insertion des plus fragiles.

Merci à mon équipe Jean-baptiste Pegeon, Sophie Mordelet, Anne, Marie-Pierre, Rose-Lys ! Vous êtes formidables ! Merci aussi aux supers stagiaires Mariam, Lily et Vincent. J’ai été heureux de travailler avec vous en cette première année de mandat.

Je suis un passionné de politique depuis très longtemps. Ce mandat me passionne d’autant plus qu’avec la crise et les budgets qui fondent, il faut se battre très fort pour trouver des solutions. Que les parisiennes et les parisiens soient sûr.e.s d’une chose : mon implication est totale. C’est pour elles et eux que je bosse tous les jours.

À très vite pour un premier bilan de mandat !

Bien à vous

Florentin

***Photo : Erwan Floch pour Les Canaux

Lancement de la consigne à Paris 10e

Hier avec Alexandra Cordebard, maire du 10e arrondissement, et Léa Vasa, élu du 10e en charge de l’économie circulaire, nous avons inauguré le déploiement d’un système de consigne à l’échelle de tout Paris 10e.

Le dispositif est porté par la consigne GreenGo, en partenariat avec Ecotable, l’ADEME et Citeo.

C’est la première étape d’un grand réseau parisien de consigne pour réemploi afin de sortir définitivement du tout jetable. Fini les emballages plastiques à usage unique, place aux contenants lavables et réutilisables!

Abstention : à qui la faute ?

La participation au second tour des élections régionales a été légèrement meilleure qu’au premier, mais encore une fois elle se situe à un niveau catastrophique…alors à qui la faute ?

Deux types d’explications se dégagent dans le débat public : celles qui pointent la responsabilité des politiques et celles qui dénoncent l’irresponsabilité des citoyennes et citoyens qui ne se déplacent plus pour voter.

Lire la suite

Remise des prix Gabriel, pour les jeunes entrepreneur.e.s sociaux

Très heureux d’avoir remis jeudi soir un trophée des prix Gabriel, organisés par Live for Good, qui récompensent des jeunes entrepreneur.e.s sociaux !

Toutes mes félicitations à Benjamin Bajal, fondateur de Ma Petite Maison Verte, qui propose une solution d’habitat écologique et social à base d’économie circulaire. Et bravo à l’ensemble des lauréat.e.s ! La ville de Paris est à vos côtés pour vous aider dans votre développement économique, n’hésitez pas à nous contacter.

Paris récompensée pour l’opération Tri en Seine

Au nom de la ville de Paris, j’ai eu le plaisir de recevoir un prix Territoria, décerné par un jury présidé par la ministre de la cohésion sociale et des relations avec les collectivités territoriales, pour le projet Tri en Seine.

C’est une nouvelle manière d’organiser la logistique des déchets et des encombrants qui est récompensée !

Pour en savoir plus sur ce qu’est Tri en Seine, rendez-vous sur cet article de septembre dernier : Tri en Seine, expérimenter une nouvelle logistique de transport des déchets via le fleuve.

10 mai 1981, la force d’un héritage

Je ne suis pas de celles et ceux qui ont vécu le 10 mai 1981. Je n’étais pas né lorsque le visage de François Mitterrand s’est affiché sur les écrans de télévision, suscitant un mouvement de joie populaire rare en politique. Pourtant, comme beaucoup d’autres, je mesure la force qu’a eu cet événement, et les années qui suivirent, pour notre pays.

Forte hausse du salaire minimum et de nombreuses prestations sociales, abolition de la peine de mort, cinquième semaine de congés payés, liberté des médias, politique culturelle…Il y eu de véritables ruptures politiques par rapport au passé, porteuses d’améliorations de la vie pour de nombreuses françaises et de nombreux français, au sein des catégories populaires et moyennes.

Et même si un certain nombre de mesures, économiques notamment, je pense aux vagues de nationalisations dans l’industrie et la banque, ne purent résister aux contraintes d’une économie mondialisée, l’héritage politique des mois qui suivirent mai 1981 est immense. Ne serait-ce aussi car cela nous permet de comprendre les raisons de ce qui n’a pas marché, pour progresser la fois suivante.

Car c’est bien la question qui est posée aujourd’hui à celles et ceux, qui comme en 1981, veulent rompre avec un système économique qui laisse tant de personnes de côté. Comment construire une dynamique politique suffisamment puissante, d’abord pour accéder au pouvoir, et ensuite l’exercer, efficacement.

Lire la suite