En finir avec les plastiques à usage unique : le rapport de la fondation Terra Nova revient sur notre action à Paris

Dans une note publiée il y a quelques jours, la fondation Terra Nova revient sur les enjeux liés à la sortie du plastique à usage unique, et expose des politiques publiques qui peuvent être menées pour atteindre cet objectif.

Mon action sur ce sujet dans le cadre de la délégation ESS – économie circulaire de Paris est développée, notamment concernant le soutien au développement de la filière de consigne pour réemploi.

Vous pouvez télécharger cette note sur le site de Terra Nova

Appel à projets Paris s’emballe pour le réemploi

Vous êtes commerçant ou restaurateur à Paris et vous souhaitez proposer des emballages réutilisables pour la vente à emporter à vos clients ?

La Ville de Paris vous soutient pour vous équiper dans votre établissement, ou pour financer des trimestres gratuits d’essai de solutions alternatives aux emballages à usage unique proposés par des professionnels de la consigne.

Cet appel à projets est aussi ouverts aux professionnels de la consigne qui veulent développer leur activité.

Candidatez ici : Paris s’emballe pour le réemploi – Ville de Paris

Pour une économie durable, il faut relocaliser la finance. C’est le sens de Paris Fonds ESS.

Tribune de Florentin Letissier, Adjoint à la Maire de Paris en charge de l’économie sociale et solidaire, l’économie circulaire et la contribution à la stratégie zéro déchet et Fanny Massy, Directrice Générale de Paris Initiative Entreprise.

En 2015, l’accord de Paris pour le climat nous fixait pour objectif de maintenir l’augmentation de la température moyenne de la planète à moins de deux degrés Celsius, en insistant notamment sur la nécessité de « rendre les flux financiers compatibles » avec une économie plus durable.

La finance est au coeur des enjeux écologiques : elle fournit les moyens financiers nécessaires à tous les investissements vers une économie durable et décarbonée. Nous le savons, ils sont nombreux : il faut isoler massivement les bâtiments, développer les énergies renouvelables, déployer les transports collectifs et la mobilité douce, généraliser l’agriculture bio et locale, s’approvisionner différemment en faisant de nos déchets des ressources, et relocaliser notre production.

Tout cela nécessite de mobiliser d’importants flux financiers, publics comme privés. En France, l’étude la plus récente publiée par le think tank I4CE estimait que sur l’année 2020, le montant total des investissements pour le climat s’élevait à plus de 45 milliards d’euros, alors qu’il en faudrait au moins 15 milliards de plus pour se donner les moyens d’une véritable transition écologique et sociale de notre économie. C’est notamment l’objectif du programme InvestEU, porté par l’Union européenne et lancé l’année dernière, qui mobilise une garantie budgétaire de plus de 26 milliards d’euros sur la période 2021-2027, pour permettre aux acteurs publics et privés d’investir massivement dans « une économie plus verte, numérique et résiliente ».

Oui, il faut investir davantage dans la transition écologique, mais il est tout aussi indispensable de penser la manière dont cet argent va être utilisé sur les territoires. La finance verte doit bénéficier à l’économie réelle, locale et créatrice d’emplois. Elle doit être à l’avant-garde de ces nouvelles activités capables de recréer du lien social et de la résilience. Elle doit permettre d’investir dans ces métiers de production et de transformation à fort impact social et environnemental, qui préservent nos ressources naturelles, l’eau que nous buvons et l’air que nous respirons, sur lesquelles sont d’ores et déjà positionnés des entrepreneurs engagés qui ne demandent qu’à se développer. Pour relocaliser la production, il faut donc relocaliser la finance. L’un ne peut aller sans l’autre.

Lire la suite

Paris vote 6 millions d’euros pour l’insertion par l’activité économique

Au Conseil de Paris du 1er juin, j’ai présenté le soutien massif de la Ville aux structures de l’ESS qui emploient des personnes en insertion par l’activité économique (IAE). L’accès à un emploi de qualité pour un public éloigné du marché du travail est un formidable levier pour lutter contre la précarité dans notre ville, et transformer notre économie.

Cette subvention de près de 6 millions d’euros, soit 1 million d’euros supplémentaire par rapport à 2021 va bénéficier à 96 structures parisiennes. Cela permet la création de plus de 650 postes de salariés en insertion sur le territoire parisien, pour un total de plus 6000 personnes concernées désormais.

Espaces verts, alimentation, santé, logistique, bâtiment, textile…les structures de l’IAE sont présentes dans de nombreux secteurs. De plus, elles sont toutes impliquées dans des démarches d’économie circulaire : réduction des déchets, réemploi et/ou recyclage.

Bravo à toutes celles et tous ceux qui font vivre cette économie solidaire et circulaire !

Lancement de Paris Fonds ESS

Ce matin à l’hôtel de ville, nous avons présenté le Paris fonds ESS.

Porté par Paris Initiative Entreprise (PIE) avec le soutien de la Ville de Paris et l’implication du Crédit Coopératif, ce fonds d’investissement vise à soutenir des structures de l’économie sociale et solidaire, et des entreprises engagées, en phase d’amorçage. France Active est également partie prenante de la démarche de ce fonds en tant que co-investisseur, Bpifrance en tant que garant et FAIR – Label Finansol en tant que partenaire de labellisation éthique.

Paris fonds ESS répond à un fort besoin pour des acteurs locaux qui n’ont pas accès aux financements sur les marchés de capitaux mondialisés.

Pour relocaliser la production, il faut relocaliser la finance !

Investisseurs, si vous êtes intéressés par la démarche, prenez contact avec Paris Initiative Entreprise (PIE) ! Ce fonds a vocation à s’élargir à de nombreux partenaires. Les premiers financements de structures ESS et impact auront lieu début 2023.

Retrouvez le communiqué de presse de la ville de Paris : CP Paris Fonds ESS

Photos : Jean-Baptiste Gurliat / Ville de Paris

Économie circulaire : de nouvelles opportunités d’emplois pour les Parisiens

Deux études révélatrices sur les nouveaux métiers du secteur de la mode circulaire et de l’allongement de la durée de vie des appareils électriques et électroniques viennent de paraître. Elles ont été financées dans le cadre de ma délégation, pour appuyer notre politique de créations d’emplois non-délocalisables dans les filières parisiennes de l’économie circulaire.

Lire la suite

Paris 15e a sa première ressourcerie : la fabrique 230

J’ai eu le plaisir d’inaugurer la première ressourcerie de Paris 15e, au 77 rue Castagnary.

Animée par la Fondation de l’Armée du Salut – France, dans des locaux de Paris Habitat, et bien-sûr largement financée par la Ville de Paris, elle a 8 salariés en insertion et propose une grande variété d’articles issus du réemploi ou ayant été réparés. Bravo à toutes celles et tous ceux qui ont permis l’aboutissement de ce projet.

Plus de détails ici : https://www.cnews.fr/…/paris-quest-ce-que-la-fabrique…

Inauguration de la première ressourcerie parisienne dédiée aux étudiants : Emmaüs Campus

Ce samedi, j’ai eu le plaisir d’inaugurer en compagnie de la préfète de Paris, du maire du 13e, et de collègues adjointes à la maire de Paris, la première ressourcerie parisienne dédiée aux étudiants.

À l’initiative d’Emmaüs Défi, cette ressoucerie située allée Paris-Ivry dans le 13e arrondissement, propose aux étudiants des articles textiles, d’aménagement intérieur et de papeterie, à petits prix.

À horizon 2024, ce sont une centaine de salariés en insertion qui vont travailler à Emmaüs Campus, en boutique ou sur le site de préparation dans le 18e, ainsi que dans d’autres boutiques prévues.

La ville de Paris s’engage financièrement avec l’État pour soutenir ce beau projet.

Je suis très fier d’accompagner ce projet solidaire et écologique pour les jeunes, dont beaucoup sont malheureusement en précarité.

À lire aussi sur le site CNEWS : Un magasin solidaire dédié aux étudiants ouvre à Paris 13

Défiler vers le hautDéfiler vers le haut